Comment le compost va sauver le monde : Épisode 3

Épisode 3 : le compost prévient les inondations

Le compost, un super-héros méconnu ! Notre nouvelle série s’attache à décrypter comment le compost va sauver le monde.

Dans ce troisième épisode découvrez comment le compost prévient les inondations en structurant les sols.

 

Par Maëlle Joulin.

 SÉRIE : Comment le compost va sauver le monde !

INONDATIONS-Belgique-Voiture

Ép 3 : Le compost prévient les inondations

Vous avez loupé des épisodes ?  Retrouvez aussi les autres pouvoirs du compost : il nourrit la planète (épisode 1) et préserve l’eau (épisode 2).

Envie de tout comprendre, mémoriser et devenir incollable en un clin d’œil ? Téléchargez notre super infographie ! ⬇️

infographie Ep.3 Les inondations-compost super hero

Nous avons tous en tête les images spectaculaires de la vallée de la Roya complètement défigurée à l’automne 2020, ou de l’impressionnant glissement de terrain qui a englouti les paysages d’Erftstadt, en Allemagne, l’été dernier. Les crues torrentielles et les inondations semblent plus fréquentes et plus dévastatrices que jamais, avec des conséquences catastrophiques, meurtrières et coûteuses.

Que se passe-t-il ? L’explication est assez simple : la surface des sols ne permet pas aux eaux pluviales de s’infiltrer. Celles-ci stagnent et ruissellent au lieu de pénétrer le sol pour rejoindre les nappes phréatiques. Voyons cela dans le détail.

 

Trop d’eau 

Premier élément d’explication : les perturbations climatiques se multiplient avec le réchauffement planétaire. Le cycle de l’eau se raccourcit, entraînant des précipitations et des phénomènes orageux beaucoup plus forts. Dans certains cas, les intensités observées dépassent les 100 mm en a l’heure, soit près de 10 millions de m3 d’eau déversés sur une agglomération de 100 km² en une heure[1]. Un volume d’eau colossal à absorber !

 

Trop de terres bétonnées 

 

Le volume de précipitions n’est pas seul en cause.

Le problème vient aussi du fait que la surface des sols naturels, poreux, donc à même d’absorber l’eau, a beaucoup diminué.

Une urbanisation mal maîtrisée et des sols bétonnés favorisent le ruissellement.

Celui-ci est encore accentué par la suppression des haies, des talus et des zones humides qui ne peuvent plus freiner, réguler et amortir les afflux d’eau pluviale.

On estime que l’eau s’infiltre sur un sol naturel à hauteur de 50%. Elle s’évapore pour 40% et ruisselle pour seulement 10%.

Sur un sol bétonné, complètement imperméabilisé, l’eau s’infiltre seulement à hauteur de 15% et ruisselle pour 55%[2] ! Un facteur de risque d’inondation indéniable.

 

 

 

Des sols agricoles imperméables 

 

Le plus embêtant : même les sols agricoles, qui devraient absorber les eaux pluviales, deviennent imperméables.

En surface, les sols deviennent comme lissés, fermés.

Fragilisés par le travail d’affinage, ils finissent par former une croûte imperméable qui provoque le ruissellement de l’eau.

On appelle ce phénomène la battance.

Un autre phénomène, moins connu parce que moins visible, est plus alarmant encore : la compaction ou le compactage du sol. Ici, c’est la structure profonde des sols qui est dégradée. Les couches inférieures se tassent et se densifient. Le sol devient moins poreux.

Le compactage est loin d’être un épiphénomène : en 2013, avec 33 millions d’hectares touchés, le compactage des sols était considéré comme l’une des principales raisons de la dégradation des sols en Europe[3].

Pourquoi est-ce primordial ? La structure désigne l’agencement des particules dans le sol. Idéalement, elle doit être grumeleuse, c’est-à-dire avoir 50% de son volume occupé par des pores. C’est à cette condition que le sol, bien aéré, peut effectuer un drainage efficace. Cet équilibre est fragile, précaire : en Europe, près de la moitié des sols sont vulnérables, voire très vulnérables au compactage[4].

 

upcycle-Agroforesterie-Chambre_d_agriculture_de_la_VendeebisComment agir ?

Rassurez-vous, le constat n’est certes pas très réjouissant, mais il y a des solutions efficaces à court et moyen terme pour rendre les sols perméables !

De nombreuses mesures hydrauliques existent pour remettre des obstacles au ruissellement et organiser l’écoulement des eaux : diguettes, mares, haies, talus, collines, drains, zones inondables, etc. En milieu urbain, on peut également freiner l’artificialisation, développer les espaces verts et améliorer l’évacuation des eaux pluviales, par exemple grâce au béton drainant.

Des techniques agronomiques peuvent aussi favoriser l’infiltration et le drainage : utiliser des engins moins lourds sur des terres moins humides, s’équiper en matériel permettant de répartir les charges, effectuer le labour en planche, créer des fossés… Des outils existent aussi pour ameublir le sol, comme la sous-soleuse, destinée au décompactage profond.

Ces techniques sont efficaces, mais jusqu’à un certain point seulement. Pour des tassements en profondeur, entre 30-50 cm, l’intervention mécanique n’est pas suffisante : il faut alors compter sur l’activité biologique du sol.

Car oui, la structure du sol peut s’entretenir et s’améliorer par l’apport régulier de matières organiques ! C’est celle qui maintient la porosité du sol et lui permet de fonctionner comme une éponge. Les pores sont créés par le travail des micro-organismes qui vivent dans le sols, par les micro-fissures, les passages des vers de terre ou d’anciennes racines. Un sol riche en matière organique peut absorber 20% d’eau en plus qu’un sol appauvri par les produits chimiques et le labour profond. Sur un petit bassin versant de 100 km2 constitué de 70 % d’agriculture, cela représente un volume de 1,4 millions de litres qui sera stocké ou infiltré au lieu de ruisseler. Cette capacité d’infiltration est particulièrement cruciale lors des épisodes de pluies orageuses : un sol bien structuré peut absorber entre 40 et 100 mm d’eau en une heure, voire plus[5] ! Autant que les précipitations les plus fortes que nous rencontrons !

 

Les meilleures mesures à prendre sont donc les pratiques de l’agroécologie, celles qui favorisent la matière organique dans le sol : absence de labour, paillage, engrais verts et cultures intermédiaires, rotation des cultures, enherbement des vignes et vergers…

 

 

Quel est le super pouvoir du compost ?

 

Vous l’avez deviné, le compost apporte la matière organique indispensable pour augmenter l’activité biologique des sols et améliorer leur stabilité structurale. Son utilisation est particulièrement décisive pour les sols fragilisés et les horizons tassés. Qu’ils soient superficiels ou profonds, leur régénération naturelle, sans apport de matière organique supplémentaire, est très lente.

Comment cela fonctionne-t-il ? En décomposant la matière organique, les micro-organismes présents dans le sol fabriquent une sorte de colle organique, les polysaccharides, grâce à leurs enzymes extra-cellulaires. Cette colle agrège entre elles les particules de la terre, en particulier les plus fines, les limons et les argiles. Les filaments mycéliens, réseaux de micro-champignons qui se forment autour des racines et radicelles, consolident les agrégats et les rendent plus solides.

Une étude de l’Inra menée depuis 1998 a même mis en évidence que le compost a un effet plus pérenne que l’apport de déchets verts frais. Il rend les agrégats plus hydrophobes et leur permet de mieux résister au stress hydrique en s’humectant plus lentement lors d’un épisode pluvieux[6].

En France nous produisons 2 millions de tonnes de compost par an, c’est encore très peu ! Avec près de 22 millions de tonnes de biodéchets, déchets alimentaires produits chaque année nous pourrions disposer 12 millions de tonnes de compost. Et ça ne demande pas plus d’effort que de trier et jeter ses déchets alimentaires dans une mini poubelle spéciale. Alors pourquoi attendre ?

Tout comprendre en un clin d’oeil ?infographie Ep.3 Les inondations-compost super hero

Alors téléchargez notre super infographie !

 

 

 

 


[1] Météo France, Pluies extrêmes en France métropolitaine, http://pluiesextremes.meteo.fr/france-metropole/Intensite-de-precipitations.html
[2] Socotec, Risque d’inondation : sols imperméabilisés vs sols naturels, 2021, https://www.socotec.fr/le-blog/risque-inondation-sols-impermeabilises
[3] Soil compaction impact and modelling, a review, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01201344/file/13593_2011_Article_71.pdf
[4] Generelized soil map of Europe, https://rivm.openrepository.com/handle/10029/261147
[5] http://www.changeonsdagriculture.fr/inondations-la-responsabilite-oubliee-des-sols-agricoles-a115066100
[6] https://www.actu-environnement.com/ae/news/compost-erosion-sols-epandage-15390.php4

 

Ep 2 : Préserve l'eau des sols

L’agriculture est une grande consommatrice d’eau : elle représente 70% de la consommation d’eau dans le monde, selon les chiffres de la FAO. Les cultures ont donc tant besoin d’eau ? En fait, pas vraiment, vous allez voir.

Voir l'épisode 2
Terres appauvries

Ep 1 : Structure les sols

Dans le monde 40% des terres agricoles et 25% de la surface terrestre sont appauvries, ce qui signifie qu’elles ne fournissent pas en quantité suffisante les nutriments dont les plantes ont besoin...

Voire l'épisode 1
Pour aller plus loin

FICHE PRATIQUE | Soyez créatifs : plantez-vous !

Découvrez notre atelier de jardinage circulaire. Il permettra à vos collègues de créer un sol vivant, et de rendre l’économie circulaire tangible à travers une action très concrète !

Télécharger

À lire en bonus

Comment réduire les coûts de collecte des biodéchets dans votre commune ?

Le but est de trier et confier à cette filière le plus de déchets alimentaires possible, le reste allant en poubelle ménagère classique, et étant collectée à des prix...

Lire la suite

La gestion des biodéchets en restauration

Dans la continuité du Grenelle 2, la loi du 10 février 2020 instaure la valorisation systématique des déchets de cuisine et de table (DCT). Elle crée ainsi une économie...

Lire la suite

Comment la gestion des biodéchets peut favoriser l’insertion professionnelle ?

Comment la gestion des biodéchets peut favoriser l’insertion professionnelle ? Les biodéchets représentent l’ensemble des déchets d’origine végétale : fruits et légumes, entiers ou en morceaux, herbes aromatiques, restes alimentaires...

Lire la suite

Traitement des biodéchets et insertion professionnelle 

Les perspectives d’emploi de la filière biodéchets et le nombre de métier associé à celui-ci sont hyper nombreuses. Des métiers d’avenir, valorisants, durables et non délocalisables ..  Vous allez...

Lire la suite
Voir tous les articles

Questions fréquentes

Il se fait en 4 étapes.

  1. Un audit pour mesurer votre volume de biodéchets, vous former au tri et discuter avec vos équipes des modalités d’installation et de gestion du matériel.
  2. En parallèle de l’installation nous formons les équipes de gestion, puis nous les accompagnons de très près pendant les 8 premières semaines, le temps que vous deveniez autonome.
  3. Ensuite nous continuons à suivre la machine à distance 7j/7 et nous changeons la programmation si nécessaire. Vous pouvez nous appeler à tout moment en cas de problème. Grâce à une plateforme en ligne vous pouvez accéder à des reporting, des mesures des volumes compostés et des bienfaits.
  4. Une fois par an nous venons sur site vérifier que les procédures sont bien suivies et assurer la maintenance du matériel.

Vous disposez d’un onglet dédié sur notre site internet.

Si votre quartier ne dispose par encore de solution pour gérer les biodéchets, vous pouvez en faire la demande. Si vous êtes plus de 15 nous vous soutenons pour aller rencontrer la mairie !

Un broyeur est toujours favorable au compost, car plus les matières sont fines, plus elles sont accessibles aux bactéries… Mais il ne faut pas broyer la matière en pâte compacte qui bloquerait la respiration de nos chères bactéries. Donc broyé fin mais pas bouillie. C’est pour cette raison que l’on rajoute toujours du bois pour structurer les matières et améliorer la respirabilité de la matière.

Dans certains cas de compostage, le broyage alimentaire est obligatoire (  >1t semaine avec des déchets de type SPAn3 (viande, poisson,..) et hors DCT - Déchets de Cuisine et de Table), en particulier quand il y a un risque qu’il y ait des morceaux de viande de plus de 12 mm d’épaisseur. La loi l’exige pour des raisons d’hygiène, car en garantissant une épaisseur maximum cela assure aux bactéries un temps de digestion adéquat. Si les morceaux de viande sont trop épais les bactéries ont besoin de plus de temps pour agir.

Dans la pratique, le broyage est obligatoire quand on ne peut pas garantir l’absence de morceaux de biodéchets de type Span3 importants, donc dès qu’il y a eu transport du biodéchet par un professionnel ou pour les magasins de la grande distribution.

Le broyage est également indispensable pour composter les emballages compostables. Ils sont souvent durs et le broyage mâche le travail des bactéries.

De la même manière sans broyage, vous retrouverez dans le compost les os, les coquilles et les coquillages, donc le plateau de fruit de mer doit passer au broyeur avant compostage.

Les restaurants scolaires ou d’entreprise n’ont dans la majorité des cas pas besoin de broyeur.

Un compost parfaitement géré ne produit pas d’odeur désagréable.

Mais il peut arriver des déséquilibres dans le composteur électromécanique, par exemple si on composte d’un coup beaucoup de produits gras. Dans ce cas la matière peut se retrouver déséquilibrée et peut dégager une odeur désagréable.

Pour vous garantir une utilisation sans odeur désagréable nous proposons 4 systèmes différents pour gérer les odeurs selon la nature de l’odeur et votre sensibilité au sujet. Ces systèmes sont une solution viable pour 100% de nos clients et ont permis de trouver une solution rapide en cas de problème.

Le compost lui ne sent jamais mauvais, une fois mûr au contraire il dégage une bonne odeur d’humus.

Rencontrez nous

Besoin de discuter avec nos équipes ? De voir concrètement comment fonctionne notre matériel ? De découvrir par vous-même des installations au coeur de ville ou en sein d’une entreprise ? Alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur le lien ci-dessous.

Attention ces visites sont réservées pour le moment à des projets professionnels.

Visiter un composteur
Bureaux administratifs
15 rue de Milan,
75009 Paris
Appelez-nous
+33(0)7 82 90 64 76
Siège Social
99 Boulevard de la Reine
78000 Versailles
ou
Actuellement mes déchets alimentaires génèrent
Avec Upcycle, mes déchets peuvent avoir comme impact positif
Je calcule mon potentiel d'impact
Soyez le changement