Comment le compost va sauver le monde

Épisode 1/4 : le compost permet de nourrir la planète

Vous voulez sauver la planète ? Sauvez vos biodéchets de l’incinération ! Ce n’est pas une blague, c’est la conclusion d’études très sérieuses qui démontrent le rôle primordial du compost dans la lutte contre le réchauffement climatique.

SÉRIE : Comment le compost va sauver le monde !

Fan de Marvel ou de DC Comics ? Envie de sauver la planète qui va mal ? Transformez en super héros depuis votre cuisine !

Le compost super Hero Marvel

Eh oui, si on redonne à la terre ce qui en vient, à savoir nos déchets alimentaires qui représentent 30% de nos poubelles, et si on le fait le plus près possible de là où on cuisine alors on réduit fortement notre empreinte carbone :

C’est déjà très bien, surtout quand on sait que chaque Français produit en moyenne 70 kg de déchets organiques par an[2].

Mais le compost a en outre un super-pouvoir qui le rend absolument indispensable : il préserve les sols !  Et avoir des sols vivants, c’est fondamental : ils sont plus fertiles et moins vulnérables aux maladies, à la sécheresse, au gel, à l’érosion. Ils renouvellent la biodiversité et capturent le carbone présent dans l’air.

C’est pourquoi nous avons eu envie, chez Upcycle, de vous proposer une petite série sur les super-pouvoirs du compost.

Notre objectif : vous montrer que composter change vraiment les choses ! Et peut-être, vous convaincre de devenir, vous aussi, un super-héros du quotidien ?


Premier épisode : le compost garantit une alimentation saine et abondante pour demain.

Le défi pour le compost : la dégradation des sols

Envie de tout comprendre, mémoriser et devenir incollable en un clin d’oeil ? Téléchargez notre super infographie ! ⬇️

INFOGRAPHIE_SERIE SUPER COMPOST_ EPISODE 1

Je TÉLÉCHARGE

 

L’IPBES, le « GIEC de la biodiversité », a rendu publique en 2018 la première étude mondiale sur l’état des sols[3].  C’est la première fois que le constat est présenté de manière aussi alarmante : nous faisons face à un phénomène systémique et généralisé de dégradation des terres, qui touche l’ensemble des terres émergées de la planète. 40% des terres agricoles et 25% de la surface terrestre sont appauvries, ce qui signifie qu’elles ne fournissent pas en quantité suffisante les nutriments dont les plantes ont besoin : de l’azote, dont les tiges et les feuilles ont besoin, du phosphore, utilisé par les fleurs et les graines, du potassium, qui sert surtout aux racines et aux fruits, ainsi que du soufre, du magnésium, du calcium et d’autres oligo-éléments.

Le problème ? L’épuisement des terres diminue les rendements et la qualité des récoltes, et altère ainsi notre santé et notre sécurité alimentaire. Pour les experts de l’IPBES, restaurer les sols est une « priorité d’urgence » : ils estiment que 3,2 milliards de femmes et d’hommes sont déjà affectés directement. L’enjeu est bien de nourrir le monde, c’est-à-dire de produire une nourriture saine et abondante pour les 9,8 milliards de personnes qui peupleront la terre en 2050.

Comment agir ?

 

En cause dans la dégradation des sols : les pratiques agricoles conventionnelles, et en particulier le labour, qui détériore les micro-organismes présents dans le sol et expose les vers de terre aux prédateurs, notamment aux oiseaux. La vie du sol est également malmenée par les intrants chimiques, pesticides et insecticides déversés sur les terres. Et ce phénomène d’appauvrissement est encore accéléré par le dérèglement climatique.

La solution pour maintenir les sols en vie, c’est bien sûr d’abandonner progressivement ces pratiques et de les remplacer par des méthodes agro-écologiques. La première et la plus efficace de ces méthodes consiste à apporter aux sols dénutris de la matière organique. C’est elle qui nourrit les plantes, retient l’eau et les nutriments. La matière organique est la clé pour stimuler les sols et les cultures.


Quel est le super-pouvoir du compost ?

Le compost est justement de la matière organique ! C’est même de la matière organique de très bonne qualité, puisque les végétaux et biodéchets sont fermentés et transformés en humus sous l’action des micro-organismes. Une tonne de compost apporte environ 300 kg de matière organique[4], soit 215 kg d’humus pour un ISMO moyen de 72% (l’indice de stabilité de la matière organique, qui qualifie la maturité et la qualité d’un compost). C’est énorme !

Le compost est donc un super-fertilisant. Et contrairement aux engrais classiques, qui n’apportent généralement qu’une seule catégorie de nutriments, il procure en un seul apport de l’azote, du phosphore et du potassium (le fameux trio NPK), mais aussi du soufre et des oligo-éléments.

Plus fort encore, le compost dynamise les sols et les productions agricoles sur le long terme. En plus de nourrir les plantes, il améliore les propriétés physiques, biologiques et chimiques du sol dans le temps. Et ça, aucun autre engrais ne le fait !

Comment cela se passe ? Le compost apporte du carbone, qui est en fait le principal composant de la matière organique. Or, le carbone joue un rôle énergétique fondamental pour tous les êtres vivants qui peuplent le sol : bactéries, champignons, insectes, vers de terre… Ce sont eux qui vont l’assimiler, c’est-à-dire s’en nourrir, puis fournir aux plantes de bonnes conditions de croissance.

En somme, le compost est une sorte de « sucre lent ». Il est bien plus pertinent qu’un « engrais sucre rapide » qui ne booste la croissance de la plante qu’au moment où il est utilisé et demande à être toujours renouvelé. Le mot d’ordre : nourrir le sol pour nourrir la plante !


On y va ?

En maraîchage, on épand en moyenne 3 kg de compost par m2 pour fertiliser et amender les sols[5]. Rien que pour entretenir les 10 millions d’hectares de sols cultivés en France[6], 300 tonnes de compost sont nécessaires chaque année.

Et pour (re)créer une terre agricole à partir d’une terre très dénutrie, les besoins sont 10 fois plus importants : on estime qu’il faut alors épandre 30 à 50 kg de compost par m2. C’est dire que les besoins en compost sont forts ! Il faudrait environ 150 à 200 milliards de tonnes de compost pour « guérir » nos sols.

Si on arrivait à composter seulement 6,25% de l’ensemble des déchets alimentaires des ménages et des professionnels (en dehors des déchets verts), on arriverait à garantir notre besoin en production de légumes, et donc à ne pas subir d’incertitudes alimentaires.

Nous produisons déjà en France plus de 2 millions de tonnes de compost chaque année[7]. Vous nous aider à en produire encore davantage ?


Envie de tout comprendre d’un seul coup d’oeil ?

Découvrez vite nos super infographie, pour tout comprendre, mémoriser et devenir incollable sur le sujet !

JE DÉCOUVRE

[1] Futura-Sciences est un portail web de vulgarisation scientifique structuré en cinq rubriques : Sciences, Santé, Tech, Maison et Planète, https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/rechauffement-climatique-gaz-effet-serre-co2-methane-pire-565/
[2] C’est l’estimation de l’Ademe, l’Agence française de la transition écologique.
[3] Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, Assessment Report on Land Degradation and Restoration, mars 2018, https://ipbes.net/assessment-reports/ldr
[4] Chambre d’agriculture d’Occitane : https://occitanie.chambre-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/National/FAL_commun/publications/Occitanie/Agroenvironnement/Guide-compostage-crao2019.pdf
[5] Anne-Cécile Daniel, Fonctionnement et durabilité des micro-fermes urbaines, AgroParisTech, 2017
[6] Chiffres Agreste, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, https://agreste.agriculture.gouv.fr/agreste-web/
[7] Enquête Itom 2018, https://librairie.ademe.fr/dechets-economie-circulaire/4336-le-traitement-des-dechets-menagers-et-assimiles-itom.html
Pour aller plus loin

Solution | Quel est votre mode de compostage idéal ?

Dites nous comment vous souhaitez utiliser le compost obtenu, nous vous dirons comment le produire !

Qu'allez-vous faire du compost ? Une question toute bête qui va vous permettre de définir votre mode de compostage idéal. Car en fonction de l'utilisation du compost ( vente, fertilisation de dols en agriculture biologiques, distribution à ses voisins..) le compost devra avoir été produit selon des normes différentes.

Télécharger

À lire en bonus

Le couple temps-température en compostage : un critère essentiel à maîtriser

Pour que des déchets organiques, notamment alimentaires, se transforment en compost, il faut que la matière atteigne une certaine température, pendant un certain temps. C’est ce qu’on appelle le...

Lire la suite

Comment le compost va sauver le monde

SÉRIE : Comment le compost va sauver le monde ! Fan de Marvel ou de DC Comics ? Envie de sauver la planète qui va mal ? Transformez en...

Lire la suite

Collecte des biodéchets : pourquoi choisir des poubelles 120L et pas 240L ?

Collecte des biodéchets en apport volontaire : pourquoi choisir des poubelles 120L et pas 240L ? De plus en plus de collectivités proposent à leurs habitants des expérimentations de...

Lire la suite

Le fil d’Actus 

De l’optimisme, de l’expertise, des convictions ! Notre démarrage en 2011 n’a pas été celui d’une fusée, mais celui d’un chemin qui s’est construit patiemment. Aujourd’hui nous sommes les...

Lire la suite
Voir tous les articles

Questions fréquentes

Oui ! nous accompagnons nos clients pour normer leur compost NF U- 44051.

A noter que le normage n’est pas obligatoire si le compost est réutilisé directement sur site. Il est obligatoire si le compost est déplacé, donné ou vendu.

Un compost parfaitement géré ne produit pas d’odeur désagréable.

Mais il peut arriver des déséquilibres dans le composteur électromécanique, par exemple si on composte d’un coup beaucoup de produits gras. Dans ce cas la matière peut se retrouver déséquilibrée et peut dégager une odeur désagréable.

Pour vous garantir une utilisation sans odeur désagréable nous proposons 4 systèmes différents pour gérer les odeurs selon la nature de l’odeur et votre sensibilité au sujet. Ces systèmes sont une solution viable pour 100% de nos clients et ont permis de trouver une solution rapide en cas de problème.

Le compost lui ne sent jamais mauvais, une fois mûr au contraire il dégage une bonne odeur d’humus.

Non, il est admis qu’il est impossible de transformer un biodéchet en compost en 24h00, ou même en 48h00, le temps minimum admis est 15 jours, et encore, à ce stade si la matière est bien transformée en compost, il faut souvent la laisser mûrir encore 6 à 8 semaines pour pouvoir la remettre au sol.

Certaines machines nommées éco ou biodigesteur, déshydrateur ou encore sécheur peuvent vous faire cette promesse mais le résultat obtenu est du déchet sec, et non du compost. CF Quelle différence entre du compost, du digestat ou du séchât ?

Tous les process qui durent moins de 48h00, même si vous rajoutez des bactéries, des champignons ou des levures sont assimilés à des processus de séchage, car la matière ne sera fondamentalement pas transformée. La nature a besoin d’un peu de temps.

Le compost est une matière formidable et aux multiples usages.

Actuellement 100% de nos machines ont produit du compost normé NF U 44051. Le compost est utilisable en Agriculture Biologique.

Nos clients utilisent le compost directement sur leurs espaces verts, ou le donnent à leurs salariés, à des associations d’Agriculture Urbaine ou à des maraichers bio. Nous proposons aussi des solutions pour emballer le compost et le revendre.

Identifier des exutoires à impacts positifs pour le compost fait partie de la mission d’accompagnement d’UpCycle.

En milieu urbain l’enjeu est qu’il ne soit pas contaminé (par des bouts de plastique par exemple), et qu’il soit homogène. Une grande partie de la qualité du compost se joue donc à l’étape du tri, UpCycle propose pour cela des formations adaptées.

Vaste question, le mieux est peut-être de vous rapprocher de votre mairie.

On note une grande variété d’initiatives. Certaines mairies proposent des composteurs gratuits de jardin, d’autres des lombricomposteurs pour les particuliers, ou du compostage de pied d’immeuble, parfois du compostage de quartier voire du compostage en collecte en porte à porte. Vous trouverez ici une description de ces différents modes.

Vous n’avez aucune solution mise à disposition ? En 2024 toutes les collectivités auront l’obligation de vous proposer une solution, alors pourquoi ne pas proposer à votre collectivité d’adopter la solution d’UpCycle ? RDV ici pour voir comment s’y prendre.

D’ici 2023 tous les producteurs de biodéchets, notamment alimentaires devront les trier et les valoriser. ( Depuis 2016 c’est déjà obligatoire pour les producteurs de plus de 10t / an)
En pratique cela signifie que chaque collectivité, chaque entreprise doit s’organiser pour permettre à l’ensemble des citoyens de jeter ses déchets organiques dans une filière de valorisation : soit compostage, soit méthanisation.

En savoir plus

 Grâce aux composteurs électromécaniques UpCycle vous pouvez composter entre 10 à 500 T par an grâce aux différents modèles D70, D160 et D330.

Pour des besoins supérieurs à 500 T nous distribuons le matériel de BROME Compost qui permet de créer des plateformes de 500 à 2000 tonnes/an. Au-delà, dans l’état actuel de nos connaissances, la technologie de composteur micro industriel n’est plus pertinente.

Rencontrez nous

Besoin de discuter avec nos équipes ? De voir concrètement comment fonctionne notre matériel ? De découvrir par vous-même des installations au coeur de ville ou en sein d’une entreprise ? Alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur le lien ci-dessous.

Attention ces visites sont réservées pour le moment à des projets professionnels.

Visiter un composteur
Bureaux administratifs
15 rue de Milan,
75009 Paris
Appelez-nous
+33(0)7 82 90 64 76
Siège Social
13 rue Saint-Honoré
78000 Versailles
ou
Actuellement mes déchets alimentaires génèrent
Avec Upcycle, mes déchets peuvent avoir comme impact positif
Je calcule mon potentiel d'impact
Soyez le changement