Comment vous allez rater le compostage de vos biodéchets … ou pas ! 

Valoriser vos biodéchets, vous y pensez ? C’est une très bonne idée, d’autant que la loi vous y obligera dans tous les cas d’ici 2024.

Mais attention dans ce genre de ce projet nous avons constaté 7 erreurs courantes qui peuvent freiner voir empêcher la réussite.

Quels sont donc les écueils à suivre… ou plutôt à éviter ?

Vous le savez d’ici 2024 vous devrez organiser le tri et la valorisation de vos déchets alimentaires, organiques, verts. Si vous êtes une collectivité cela signifie que vos administrés devront pouvoir disposer d’une solution de tri chez eux, puis que ces déchets, essentiellement alimentaires devront soit être compostés, soit méthanisés.

Si vous êtes une entreprise vous devrez organiser en interne le tri de vos biodéchets, et trouver une filière de valorisation : compostage ou méthanisation.

Le compostage est un choix de prédilection, car grâce au compost produit vous allez pouvoir renforcer votre ancrage local. ( Voir l’article « Compostage VS Méthanisation » pour comprendre les avantages et les inconvénients)

Mais attention nous avons relevé 7 erreurs à éviter si vous ne voulez pas rater votre compostage !


1) Attendre que la valorisation des biodéchets soit obligatoire

Aujourd’hui, l’obligation de trier les déchets organiques à la source et de les valoriser incombe seulement aux « gros producteurs ». Depuis 2016, ils sont définis comme ceux qui produisent plus de 10 tonnes de biodéchets par an[1].

Les structures concernées sont donc principalement les entreprises agroalimentaires, les grandes et moyennes surfaces, les professionnels de la restauration (tels que restaurateurs, traiteurs et cantines), ainsi que les paysagistes et fleuristes.

Mais ce n’est pas parce que vous ne rentrez pas dans ces cases que votre organisation n’est pas concernée par la valorisation des déchets !

Vous êtes concerné, oui, vous !

Au 1er janvier 2023, ce seuil passe à 5 tonnes, puis il est carrément supprimé l’année suivante. Au 1er janvier 2024, l’obligation de gérer les biodéchets est généralisée à l’ensemble des producteurs, qu’ils soient professionnels ou particuliers (dans ce cas, c’est sur la collectivité que repose la responsabilité)[2].

Alors, pourquoi ne pas prendre les devants et commencer dès aujourd’hui à valoriser vos biodéchets ou ceux de votre collectivité ?

Prenez le temps

D’abord, parce qu’en vous y prenant à l’avance, vous pouvez prendre le temps de mettre en place des processus réfléchis, cohérents et budgétés. Vous serez prêt en temps voulu, sans stress ni précipitation.

Nous vous rappelons que si vous ne respectez pas vos obligations concernant le tri et la valorisation des biodéchets, vous êtes passible d’une amende de 75 000 euros et d’une peine d’emprisonnement de 2 ans[3]. Un délit à ne pas prendre à la légère.

Réduisez votre empreinte carbone

Ensuite, parce qu’une démarche de valorisation des biodéchets est indispensable dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ramener dans le sol de la matière organique, c’est-à-dire tout simplement de la vie, est un enjeu essentiel pour la production agricole comme pour le climat.

Aujourd’hui dans 90% des cas ces déchets organiques sont enfouis ou incinérés. Cela produit des gaz à effet de serre en grandes quantités, notamment du CO2. Sans compter que les opérations de collecte et de transport sont également très génératrices de CO2. Beaucoup de gaspillage, donc, pour des matériaux constitués majoritairement d’eau et qui ont une valeur agronomique bien supérieure aux calories générées par leur combustion !

Vous y gagnerez bien sûr aussi en termes d’image auprès de vos partenaires et de vos clients. Valoriser vos déchets verts ou alimentaires est une belle opportunité d’inscrire votre organisation dans une démarche d’écolabellisation (label « éco-camping » par exemple) ou dans une démarche spécifique de territoire (comme un Agenda 21).

Faites de bonnes affaires

Enfin, vous réalisez également des économies non négligeables. L’enlèvement, l’incinération ou l’enfouissement des ordures pâtissent progressivement de surcoûts, destinés à financer des pratiques plus vertueuses. En compostant vos biodéchets, vous produisez au contraire une ressource qui pourra être utilisée sur vos terrains ou vendue.

Vous voyez ? Vous avez tout intérêt à anticiper.


2) Penser que c’est plus simple de tout confier à un prestataire externe

Vous êtes convaincu de l’utilité de valoriser vos biodéchets ? Très bien. Vous avez maintenant deux possibilités :

Cette dernière solution peut sembler la plus facile à mettre en place, surtout si vous n’y connaissez pas grand-chose ou que vous avez peu de ressources internes… Et pourtant, elle n’est pas toujours pertinente. Alors, pourquoi devriez-vous quand même vous intéresser à la valorisation autonome ?

Plus économique et plus écologique !

Traiter les biodéchets sur place, c’est s’épargner leur collecte. Prenons l’exemple d’une collectivité qui cherche à offrir une solution de tri des biodéchets pour chacun de ses habitants. Si elle choisit de mettre en oeuvre une collecte séparée des déchets alimentaires, elle devra déployer une collecte supplémentaire, c’est-à-dire concrètement le passage d’un second camion de ramassage. Ce qui a un coût : on estime qu’aujourd’hui, de 30 à 60% du coût des ordures ménagères est lié au prix de la collecte.

Et ce coût est également écologique : les transports peuvent s’étaler sur plusieurs centaines de kilomètres, générant nuisances et pollution, en particulier d’importantes émissions de gaz à effet de serre.

Notre collectivité aura tout intérêt à opter pour un compostage de proximité. Elle pourra par exemple mettre en place des solutions de compostage domestique et de compostage partagé, via des composteurs d’immeubles, de quartiers ou d’établissement.

Le point de départ d’un beau projet d’entreprise

Le compostage sur site des biodéchets est aussi l’occasion d’intégrer pleinement leur valorisation à un projet d’établissement… et même, généralement, de valoriser commercialement une démarche vertueuse d’économie circulaire.

C’est particulièrement vrai pour les déchets alimentaires, et plus spécifiquement, pour les déchets produits par la restauration collective. Savez-vous qu’un restaurant qui composte la totalité de ses biodéchets produit assez de matière fertilisante pour produire 50% de ses légumes ?

Certes, une cuisine centrale de collectivité ou une cantine d’entreprise ne va pas forcément créer un potager en interne. Mais elle peut confier son compost au maraîcher qui la fournit en légumes ! Upcycle a déjà développé plusieurs modèles économiques de fermes urbaines circulaires pour répondre à ces problématiques. Nous pouvons vous accompagner sur ces sujets.


3) Ne pas réfléchir aux déchets que vous allez composter

Vous y êtes : vous avez décidé de composter vos biodéchets. La première question à vous poser est celle de ce que vous allez y mettre.

Petit rappel : la catégorie des biodéchets est vaste ! La définition légale est donnée par le Code de l’environnement[4]. Est ainsi considéré comme un biodéchet :

Faut-il pour autant tout mettre pêle-mêle dans un bac à compost ?

Commencez par le « Zero Waste » !

On n’y pense pas toujours… mais l’action la plus logique à mettre en place dans un parcours de gestion des biodéchets, c’est d’abord d’éviter d’en produire.

En mobilisant vos collaborateurs, vous pourrez réaliser de belles économies : acheter moins et mieux, mieux gérer les stocks, donner ou vendre à moindre coût les denrées qui arrivent à la date limite de consommation… Banque alimentaire ou opération « Zéro gâchis » de nombreuses possibilités existent pour éviter le gaspillage et limiter le volume des biodéchets.

Faites (faire) un audit

Dans cette perspective, réaliser un audit avant de se lancer s’avère plus qu’utile. Il vous permettra d’identifier les différentes sources de biodéchets ainsi que le volume dont vous disposez, ce qui vous permettra de choisir la solution de compostage la plus pertinente pour vous.

Besoin de conseils pour choisir votre solution de compostage ? Cliquez ici.

Comment faire concrètement ? Commencez par identifier les sources de production des déchets organiques : par exemple, les épluchures et les restes alimentaires de votre restaurant d’entreprise, sans oublier le marc de café de la salle de pause !

Ensuite, il vous faut une idée du volume que ces déchets représentent. Une première estimation simple peut être réalisée sur une journée d’activité standard : triez tous vos déchets et compter les bacs que vous avez remplis. Sachez qu’Upcycle peut aussi réaliser cet audit pour vous.

Adaptez-vous à la nature de vos déchets

Eh oui, pour faire un compost de qualité, il faut savoir ce qu’on y met ! Il est notamment important de varier les apports de carbone et d’azote. On trouve le premier dans les matières ligneuses issues des branchages, feuilles mortes, sciures ou cartons. Et le second, dans les matières plutôt humides et tendres, comme les tontes de pelouse fraîches et les épluchures de fruits et légumes.

Il est donc parfois utile d’utiliser un « co-produit » pour votre compost : par exemple, un restaurant peut ajouter aux restes de repas des copeaux de bois. Votre prestataire peut vous aider à vous approvisionner dans un co-produit adapté.

Par ailleurs, les biodéchets carnés et les produits de la mer créent des contraintes spécifiques, en raison des agents pathogènes qu’ils sont susceptibles de transmettre. Un compost qui en contient doit être maintenu à des températures élevées qui permettent d’hygiéniser les matières.

Pour en savoir plus, lire notre article « Comment obtenir un compost de qualité agronomique ?  » 


4) Ne pas mettre sur pied un modèle économique qui se tient

Une fois que vous avez déterminé les biodéchets vous allez composter, nous vous conseillons également de vous interroger sur votre modèle économique !

L’idée qui sous-tend le législateur est bien de ramener au sol la matière organique. C’est le principe de l’économie circulaire : on fertilise la terre pour lui permettre de produire de nouvelles cultures.

Alors, qu’allez-vous faire de votre compost, cette précieuse ressource que vous allez produire ? Plusieurs solutions sont envisageables :

Là encore, Upcycle peut vous aider à trouver un débouché de proximité, écologique et rentable.


5) Oublier ou sous-estimer les contraintes réglementaires

On ne se lance pas trop vite ! En fonction du volume et de la nature des matières organiques, certaines normes sanitaires doivent être respectées. Et il n’est pas toujours simple de s’y retrouver.

Obtenez l’agrément sanitaire ou son exemption

La législation européenne[5] impose l’obtention d’un agrément sanitaire aux établissements qui transforment des sous-produits d’animaux en compost. Concrètement, viandes, poissons et restes de repas sont concernés.

Ces biodéchets, dits « SPAn3 », doivent être hygiénistes lors du processus de compostage pour éviter la transmission de maladies : vous devez alors respecter un couple temps/température d’au moins 55°C pendant 14 jours, de 60°C pendant 7 jours ou de 65°C pendant 3 jours[6].

Cependant, la législation française[7] assouplit ces conditions. Les sites de compostage de proximité de déchets de cuisine et de table sont exemptés de l’agrément, sous réserve de respecter certaines exigences dans la mise en place du processus de compostage :

Upcycle peut vous accompagner à obtenir l’agrément sanitaire auprès de l’autorité de régulation ou à mettre en place les conditions de son exemption.

Respectez la norme de mise sur le marché

Si vous choisissez de vendre votre compost, vous devez respecter des critères d’innocuité déterminés par la norme NF U44-051[8]. Vous devez ainsi réaliser plusieurs types d’analyses au moment de la mise sur le marché, puis effectuer des analyses de routine tous les ans.

Upcycle prend en charge le normage du compost produit dans ses composteurs électromécaniques Demeterra.


6) Ne pas adapter votre organisation ni mobiliser les habitants

Composter les biodéchets de manière autonome, que ce soit dans un bac ou un composteur électromécanique, suppose également d’adapter votre organisation, de former vos collaborateurs et d’impliquer les usagers.

Mobilisez toutes les parties prenantes

Se mettre à valoriser les biodéchets, mine de rien, c’est une petite révolution. Elle ne pourra pas se faire sans que le personnel, les partenaires locaux, et les habitants soient impliqués dans l’aventure. C’est à vous d’imprimer un élan et d’empêcher l’essoufflement qui peut survenir au bout de quelques mois.

Comment faire ? Informer, sensibiliser, communiquer sont les clés pour emporter l’adhésion au projet. Vous devez dissiper les craintes qui peuvent exister, sur l’adaptation et la surcharge de travail, sur la présence d’odeurs incommodantes, etc. Une personne référente au sein de la plateforme de compostage est un élément indispensable pour la réussite de l’opération.  Cette mobilisation doit aussi s’appuyer sur les acteurs locaux, et sur un maillage d’ambassadeurs du quartier.

Pensez également à impliquer les habitants. Il ne suffit pas de mettre un bac à compost en bas d’un immeuble ou dans un lycée pour qu’il soit utilisé ! À l’échelle d’un quartier, des animations régulières sont indispensables pour donner de la visibilité au projet et le dynamiser. Chez Upcycle, nous avons mis en place un modèle d’accompagnement basé sur les recommandations de spécialistes (sociologues, comportementalistes, etc.), pour vous garantir le succès dans la mise en oeuvre de votre système de compostage innovant sur site avec un taux de mobilisation d’au moins 20% des habitants en année 1.

Découvrez comment nos clients ont mis en oeuvre le compostage sur site de leurs déchets alimentaires ici !

Adaptez les processus et postes de travail

D’un point de vue opérationnel, il est nécessaire de repenser votre organisation à chaque maillon de l’activité. Pensez réduction des déchets, tri et gestion séparée ! Points d’apport volontaire, seaux, bacs et tables de tri, emballages compostables, pré-traitement des matières atypiques… autant de problématiques que vous devez traiter avant la mise en route de votre projet.

Gardez également à l’esprit de respecter les règles sanitaires ainsi que les normes relatives à la santé et à la sécurité du personnel : nuisances et pénibilités doivent être arbitrées.

Intégrer les modifications de tâches dans les fiches de poste et le règlement intérieur vous permettra également de rassurer le personnel quant aux adaptations demandées.

Enfin, assurez-vous que votre personnel est bien formé. Même si le matériel est simple à utiliser, comme c’est le cas des composteurs électro-mécaniques d’Upcycle, il est utile et rassurant de connaître les bases du compostage et les réglages de la machine.


7) Ne jamais suivre ni valoriser ce que vous faites

Dernière chose à faire pour être sûr de planter sa valorisation des déchets : se contenter de mettre en place un composteur sans jamais suivre ni améliorer votre dispositif !

Des procédures de suivi et d’évaluation sont indispensables. Volume et type de biodéchets traités, température et taux d’humidité, etc. : toutes ces informations permettent de vérifier l’alimentation et le bon fonctionnement du dispositif. S’il y a quelques dysfonctionnements, notamment lors du démarrage, vous serez en mesure de les corriger rapidement.

Ces indicateurs de suivi sont également le support idéal pour communiquer régulièrement sur le bénéfice de vos actions, en interne comme en externe. Valoriser le travail engagé, c’est le meilleur moyen de mobiliser les habitants sur les bons gestes de tri en les informant régulièrement des retombées positives dont leur quartier bénéficie.

À noter : les points d’apports volontaires et les composteurs Upcycle sont connectés et réalisent les mesures indispensables automatiquement. Tous les clients bénéficient d’une plateforme web de gestion du matériel, de reporting automatique, d’outils de communication et d’une base documentaire pour la formation continue.

Sinon pour être sûr de réussir votre projet de compostage innovant, vous pouvez compter sur nous! Nous sommes les experts français du compostage électromécanique et nous nous tenons à votre disposition !

Demandez votre devis !


[1] https://www.ecologie.gouv.fr/biodechets

[2] LOI n° 2020-105 du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000041553759

[3] Article L541-46 8° du Code de l’environnement, https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000041599178/

[4] Article R541-8, dans sa rédaction issue du décret 2011-828 du 11 juillet 2011, https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000032191758/2016-03-13

[5] Article 24 du règlement CE n°1069/2009 du 21 octobre 2009, https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CONSLEG:2009R1069:20101109:FR:PDF

[6] Règlement UE n° 142/2011 du 25 février 2011, portant application du précédent, https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32011R0142

[7] Article 18 de l’arrêté du 9 avril 2018 fixant les dispositions techniques nationales relatives à l’utilisation de sous-produits animaux, https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000036830969

[8] Norme NF U44-051 relative à la mise sur le marché des amendements organiques avec ou sans engrais, https://www.boutique.afnor.org/norme/nf-u44-051/amendements-organiques-denominations-specifications-et-marquage/article/686933/fa125064

Facilité de mise en oeuvre et mobilisation

On vous aide à réussir votre projet de compostage innovant de vos déchets alimentaires !

Et si on commençait avec un AUDIT ?

GMS : Comment optimiser sa stratégie zéro BIOdéchets grâce à un audit ?

Découvrez comment le Super U de Saint-Bonnet-de-Joux a pris la mesure du tonnage de sa casse et de ses coûts de collecte et de traitement grâce à un audit.

Télécharger

À lire en bonus

Comment vous allez rater le compostage de vos biodéchets … ou pas ! 

Vous le savez d’ici 2024 vous devrez organiser le tri et la valorisation de vos déchets alimentaires, organiques, verts. Si vous êtes une collectivité cela signifie que vos administrés...

Lire la suite

Composter sans nuisances, est-ce possible ?

Pourquoi pensez-vous que l’utilisation d’un composteur ne soit pas une bonne idée ? Le compostage est encore trop souvent considéré comme une pratique pouvant créer des nuisances : odeurs, invasion...

Lire la suite

Composter c’est bien, avec le meilleur bilan carbone possible c’est mieux !

Le bilan carbone®, c’est quoi ? Le Bilan Carbone® est un outil développé par l’ADEME depuis 2002. Il sert à évaluer l’impact de l’ensemble de l’activité d’une entreprise, d’une...

Lire la suite

Comment obtenir un compost de qualité ?

Composter, vous connaissez : un bac au fond du jardin, qu’on remplit d’épluchures et de tontes de gazon, et qu’on retrouve 12 à 18 mois plus tard rempli de...

Lire la suite
Voir tous les articles

Questions fréquentes

Non !

Notre savoir faire est de savoir vous accompagner même si vous n’y connaissez rien. Grâce à nos formations et du matériel simple et ergonomique vous adopterez rapidement les bons réflexes. Nous restons vigilants à distance et pouvons même reprendre le contrôle sur la machine pour modifier des paramètres si besoin.

A la demande de clients, nous pouvons cependant accompagner les exploitants vers le diplôme de guide composteur, puis de maitre composteur. Cela vous sera utile si vous désirez ouvrir de nouvelles plateformes de compostage en toute autonomie.

En hiver vous pouvez le garder 1 semaine, en été nous conseillons tous les 3 ou 4 jours pour éviter les moucherons.

Si vous avez des moucherons (mouche à fruit), c’est très fréquent en été (même sans tri des biodéchets, il suffit d’avoir un fruit ou une tomate un peu mûre), nous vous conseillons de bien laver les coupelles à fruit et de rincer vos fruits, en faisant vite une compote avec les fruits un peu mûrs. cette action et l’évacuation du sac devraient limiter la présence de ces indésirables volants.

On parle de compostage industriel, par opposition au compostage domestique.

En compostage industriel on a la certitude que toutes les matières sont hygiénisées, c’est à dire exposées à des températures de 70° minimum pendant 1 heure.

Cela permet de mettre une plus grande variété de produits à composter, comme de la viande, des agrumes, des coquilles d’œufs, mais aussi des emballages compostables (« OK Compost »).

Souvent le compostage industriel se fait via de grandes plateformes en andain. Mais nos composteurs électromécaniques sont également considérés comme du compostage industriel, on parle souvent de compostage micro industriel.

Il se fait en 4 étapes.

  1. Un audit pour mesurer votre volume de biodéchets, vous former au tri et discuter avec vos équipes des modalités d’installation et de gestion du matériel.
  2. En parallèle de l’installation nous formons les équipes de gestion, puis nous les accompagnons de très près pendant les 8 premières semaines, le temps que vous deveniez autonome.
  3. Ensuite nous continuons à suivre la machine à distance 7j/7 et nous changeons la programmation si nécessaire. Vous pouvez nous appeler à tout moment en cas de problème. Grâce à une plateforme en ligne vous pouvez accéder à des reporting, des mesures des volumes compostés et des bienfaits.
  4. Une fois par an nous venons sur site vérifier que les procédures sont bien suivies et assurer la maintenance du matériel.

Le tri de vos déchets alimentaires dépend de votre solution de compostage. Parfois on peut mettre les agrumes parfois non, souvent il est impossible de mettre la viande ou les emballages compostables.

Les solutions de tri et compostage d’UpCycle simplifient le geste de tri : vous pouvez mettre tout ce qui est fermentescible : y compris les petits os, les coquilles de fruit de mer, les emballages compostables… tout ce qui est dans votre cuisine.

Avec du compostage UpCycle vous jetez vos déchets compostables dans un sacs kraft. Ils sont compostables et résistants, et vous permettent de stocker les biodéchets en attendant de les déposer au point d’apport volontaire le plus proche. Le sac est respirant, il évite ainsi toutes les mauvaises odeurs.

Le compostage électromécanique est reconnu comme l’un des modes privilégiés de valorisation des biodéchets. Il bénéficiera donc d’une TGAP plus faible que les autres modes de traitement ( enfouissement, incinération)  dont le coût de la TGAP va augmenter fortement.

Nos solutions suppriment les coûts de la collecte dédiée en camion, qui représentent en moyenne 50% de la facture.  In fine nos solutions sont 10% à 50% moins chères que les solutions alternatives comme la collecte + méthanisation par exemple.

Nous réalisons des audits avant installation, pour éviter de suréquiper nos clients, c’est un point clé dans la performance du modèle économique également.

Nous ne proposons nos solutions que lorsque nous avons la conviction que nos impacts économiques, sociaux et environnementaux sont optimums pour la situation décrite.

Pour connaître précisément votre coût à la tonne et commencer une étude personnalisée, contactez nous ici

Cela se dit de tous les systèmes qui permettent de faire passer dans un tube pendant 15 jours les biodéchets, de manière à optimiser les conditions de compostage à savoir le taux d’humidité, la température et l’oxygénation.

Ces composteurs sont utilisés car ils permettent d’hygiéniser les matières, de gagner beaucoup d’espace et de bien contrôler les nuisances, notamment les odeurs et les petites bêtes. Ils produisent en outre du compost de très bonne qualité.

D’ici 2023 tous les producteurs de biodéchets, notamment alimentaires devront les trier et les valoriser. ( Depuis 2016 c’est déjà obligatoire pour les producteurs de plus de 10t / an)
En pratique cela signifie que chaque collectivité, chaque entreprise doit s’organiser pour permettre à l’ensemble des citoyens de jeter ses déchets organiques dans une filière de valorisation : soit compostage, soit méthanisation.

En savoir plus

Vaste question, le mieux est peut-être de vous rapprocher de votre mairie.

On note une grande variété d’initiatives. Certaines mairies proposent des composteurs gratuits de jardin, d’autres des lombricomposteurs pour les particuliers, ou du compostage de pied d’immeuble, parfois du compostage de quartier voire du compostage en collecte en porte à porte. Vous trouverez ici une description de ces différents modes.

Vous n’avez aucune solution mise à disposition ? En 2024 toutes les collectivités auront l’obligation de vous proposer une solution, alors pourquoi ne pas proposer à votre collectivité d’adopter la solution d’UpCycle ? RDV ici pour voir comment s’y prendre.

Le compost est le résultat de la transformation de matière organique par des bactéries et des champignons. C’est le résultat d’un processus, un peu comme de la farine, de l’eau et du levain qui une fois cuits deviennent du pain.

On parle de compost quand les bactéries qui ont dégradé les déchets sont en présence d’oxygène (en aérobie), on parle de digestat quand les bactéries ont dégradé la matière en absence d’oxygène (en anaérobie), comme c’est le cas en méthanisation.

Les processus les plus rapides connus sont ceux utilisés par nos technologies comme le compostage électromécanique, à savoir 15 jours de temps de transformation si les conditions de compostage (température, taux d’oxygène et humidité) sont idéales.

Le séchât est quant a lui le résultat du séchage des déchets. On chauffe les déchets pour retirer l’eau contenue dedans, souvent en 12 à 48h00. Cela permet de réduire le volume de 90% mais ça reste du déchet (déshydraté). Légalement le séchât doit être composté ou méthanisé ensuite et ne peut être épandu directement au sol. Parfois certains confondent les séchats avec du compost mais cela n’a pas de sens. C’est comme de comparer du jus de pomme avec du cidre. Dans un cas c’est du produit brut, dans l’autre cas il y a eu transformation de la matière.

 Grâce aux composteurs électromécaniques UpCycle vous pouvez composter entre 10 à 500 T par an grâce aux différents modèles D70, D160 et D330.

Pour des besoins supérieurs à 500 T nous distribuons le matériel de BROME Compost qui permet de créer des plateformes de 500 à 2000 tonnes/an. Au-delà, dans l’état actuel de nos connaissances, la technologie de composteur micro industriel n’est plus pertinente.

Le compost est une matière formidable et aux multiples usages.

Actuellement 100% de nos machines ont produit du compost normé NF U 44051. Le compost est utilisable en Agriculture Biologique.

Nos clients utilisent le compost directement sur leurs espaces verts, ou le donnent à leurs salariés, à des associations d’Agriculture Urbaine ou à des maraichers bio. Nous proposons aussi des solutions pour emballer le compost et le revendre.

Identifier des exutoires à impacts positifs pour le compost fait partie de la mission d’accompagnement d’UpCycle.

En milieu urbain l’enjeu est qu’il ne soit pas contaminé (par des bouts de plastique par exemple), et qu’il soit homogène. Une grande partie de la qualité du compost se joue donc à l’étape du tri, UpCycle propose pour cela des formations adaptées.

Rencontrez nous

Besoin de discuter avec nos équipes ? De voir concrètement comment fonctionne notre matériel ? De découvrir par vous-même des installations au coeur de ville ou en sein d’une entreprise ? Alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur le lien ci-dessous.

Attention ces visites sont réservées pour le moment à des projets professionnels.

Visiter un composteur
Bureaux administratifs
15 rue de Milan,
75009 Paris
+33(0)7 82 90 64 76
Siège Social
13 rue Saint-Honoré
78000 Versailles
ou
Actuellement mes déchets alimentaires génèrent
Avec Upcycle, mes déchets peuvent avoir comme impact positif
Soyez le changement