Sécheurs, éco-digesteurs

Vous dirigez ou travaillez dans une grande surface alimentaire, un restaurant, une cantine scolaire ? Vous êtes un gros producteur de déchets alimentaires. Et donc sans doute déjà dans l’obligation de trier et valoriser vos biodéchets ? Certains industriels vous proposent des machines capables de transformer vos biodéchets en 24 h. Mais attention ! Ces sécheurs, éco-digesteurs, déshydrateurs ne transforment pas vos déchets en compost, mais en séchât !

Une obligation légale depuis 2016

En tant que gros producteur de déchets alimentaires, vous êtes sans doute déjà dans l’obligation de trier et valoriser vos biodéchets (depuis 2016 les producteurs de plus de 10t/an de biodéchets par an : plus d’infos).

Mais pour votre établissement, il existe des freins réels à la mise en place de ce tri et cette valorisation. Manque de place, de personnel, de temps, crainte des nuisances et des coûts !

Dans le même temps, vous commencez à prendre conscience que le système de collecte + traitement le plus répandu va devenir très cher en 2021, et encore plus en 2022 en raison du doublement prévu d’ici 2025 de la TGAP (Taxe Générale sur les Activités polluantes) que votre prestataire vous refacturera. (C’est la loi de finance 2019 qui prévoit cette hausse afin d’encourager la prévention des déchets et le recyclage.)

Alors vous cherchez la meilleure solution pour valoriser vos déchets alimentaires.

Et vous avez songé à valoriser vous-même les biodéchets, sur place, afin de diminuer votre facture de 50% en ne payant plus de collecte.

Vous êtes sûrement tombé sur ces offres super alléchantes : compostez en 24 h, grâce à notre éco-digesteur accélérez la décomposition de vos biodéchets, etc.

Vous souhaitez comparer les sécheurs, déshydrateurs avec les composteurs électro-mécaniques UpCycle ? Alors allez vite lire notre article « Composteurs VS sécheurs » et trouvez notre tableau comparatif !

Composteur VS sécheur

Les offres alléchantes des sécheurs, déshydrateurs, éco-digesteurs

Souvent, les machines proposées ont une capacité comprise entre 3 à 1000 kg de déchets par jour. Et peuvent s’intégrer directement dans votre cuisine.

Voici ce qu’on peut en lire : « est capable de traiter tout type de déchets organiques : déchets alimentaires, viandes, poisson, fumiers, végétaux, boues d’épuration … le tout en seulement 24 h, avec une réduction de 90% de la masse des déchets ! »

Ces machines seraient capables de transformer tous ces déchets en compost. Il y a même une offre « appartement » avec des machines calibrées pour ingérer 5 kg de déchets par jour.

Alors évidemment entre un traitement en 24 h ou une transformation en 15 jours (comme dans les composteurs électro-mécaniques UpCycle) vous êtes plutôt tenté d’opter pour un processus super rapide !

Et puis le produit obtenu à la fin du cycle ressemble vraiment à du compost. Regardez dans cette vidéo d’une machine « à composter en 24 h » développée aux USA par Whirlpool !

MAIS ATTENTION AUX FAUSSES PROMESSES !

Les Sécheurs, déshydrateurs, éco-digesteurs ne produisent pas de compost !

Même s’il y ressemble, le produit obtenu en 24 h n’est pas du compost ! C’est du déchet séché, qui sous l’action de la chaleur et de la ventilation – et éventuellement des bactéries – s’est rétréci, morcelé, est devenu une « poudre ». Mais en aucun cas cette matière n’a été digérée et transformée en compost. C’est comme si on comparait du jus de pomme à du cidre. Dans les deux cas la matière première ce sont des pommes. Mais dans le premier cas les pommes ont simplement été transformées en jus. Dans le second cas il y a eu transformation, fermentation, action des bactéries sur le sucre et c’est devenu du cidre !

C’est ce que dit très clairement l’ADEME ici :

Le résidu sortant reste réglementairement un déchet : le déchet n’est pas composté, ni transformé ; il n’est que séché. Il n’est donc pas épandable hors d’une procédure administrative de plan d’épandage. Un restaurateur ne pourra donc pas l’utiliser directement sur ses espaces verts.

Le séchage n’est qu’un prétraitement et non une valorisation. Il ne vous permet pas de vous mettre en conformité avec l’obligation réglementaire de valoriser vos biodéchets. Le séchage doit donc être suivi d’une valorisation par compostage (ou méthanisation). En effet, pour que le résidu séché devienne un « produit » au sens réglementaire, il faut qu’il subisse un compostage complémentaire (sur une plate-forme agréée si présence de sous-produits animaux de catégorie 3) ou une transformation (M1 à 7 en usine agréée pour fabrication d’engrais organiques ou amendement), et que le compost obtenu soit conforme à la norme Afnor NFU 44-051. »

Sécheurs, déshydrateurs, éco-digesteurs, c’est quoi ?

Les sécheurs, déshydrateurs, éco-digesteurs ne sont en aucun cas des composteurs. Même si certains fabricants jouent sur les mots.

Ce sont plutôt des « fours ventilés » qui combinent l’action de la chaleur et de l’air ventilé pour faire sécher les déchets en quelques heures. Le temps de séchage varie de 8 h à 30 h.

Ces machines sont gourmandes en électricité, avec une consommation de l’ordre de 0,5 à 1 kwh/kg de biodéchets. Cela fait grimper la facture pour l’établissement de 2000 à 4000 € / an avec un kwh à 0,10 €.

L’ADEME relève par ailleurs : « Il existe 2 types de sécheurs de biodéchets : Sans ou avec un contenu bactérien présent dans le réservoir et livré avec la machine. Les machines avec contenu bactérien ne semblent pas apporter de gain en exploitation par rapport à celles avec un séchage simple : le temps de séjour en contact avec les bactéries, bien que souvent plus long par rapport à un séchage simple, reste sans doute trop faible pour qu’il y ait une biodégradation vraiment significative. Elles ont une contrainte d’exploitation : la masse de déchets en traitement doit être renouvelée par moitié pour conserver l’ensemencement, d’où une capacité de traitement diminuée à volume égal de réservoir. Les revendeurs ne connaissent pas toujours la nature du contenu bactérien d’où des questionnements sur son impact sanitaire éventuel et sa conformité réglementaire. »

Souvent ce sont des machines revendues en France par des importateurs. Les fabricants de ces machines sont asiatiques ou anglo-saxons. Et ne connaissent peut-être pas tout à fait les réglementations en vigueur en France.

Du fait de cette fabrication éventuellement lointaine les clients peuvent rencontrer des difficultés à faire réparer leurs machines ou à obtenir des pièces détachées.

Nos composteurs électro-mécaniques sont fabriqués en France et vous proposent une extension de garantie de 10 ans…

Composteur VS sécheur

Pour aller plus loin

FICHE PRATIQUE | Composteurs VS Sécheurs : on refait le match !

Sans polémique, de façon factuelle retrouvez dans ce tableau de quoi comparer les composteurs micro-industriels et les machines type « sécheurs » ou « déshydrateurs » en un clin d’œil et selon différents critères tels que le coût, la place nécessaire, le produit obtenu.

Télécharger

À lire en bonus

Comment vous allez rater le compostage de vos biodéchets … ou pas ! 

Vous le savez d’ici 2024 vous devrez organiser le tri et la valorisation de vos déchets alimentaires, organiques, verts. Si vous êtes une collectivité cela signifie que vos administrés...

Lire la suite

Composter sans nuisances, est-ce possible ?

Pourquoi pensez-vous que l’utilisation d’un composteur ne soit pas une bonne idée ? Le compostage est encore trop souvent considéré comme une pratique pouvant créer des nuisances : odeurs, invasion...

Lire la suite

Composter c’est bien, avec le meilleur bilan carbone possible c’est mieux !

Le bilan carbone®, c’est quoi ? Le Bilan Carbone® est un outil développé par l’ADEME depuis 2002. Il sert à évaluer l’impact de l’ensemble de l’activité d’une entreprise, d’une...

Lire la suite

Comment obtenir un compost de qualité ?

Composter, vous connaissez : un bac au fond du jardin, qu’on remplit d’épluchures et de tontes de gazon, et qu’on retrouve 12 à 18 mois plus tard rempli de...

Lire la suite
Voir tous les articles

Questions fréquentes

Le compost est le résultat de la transformation de matière organique par des bactéries et des champignons. C’est le résultat d’un processus, un peu comme de la farine, de l’eau et du levain qui une fois cuits deviennent du pain.

On parle de compost quand les bactéries qui ont dégradé les déchets sont en présence d’oxygène (en aérobie), on parle de digestat quand les bactéries ont dégradé la matière en absence d’oxygène (en anaérobie), comme c’est le cas en méthanisation.

Les processus les plus rapides connus sont ceux utilisés par nos technologies comme le compostage électromécanique, à savoir 15 jours de temps de transformation si les conditions de compostage (température, taux d’oxygène et humidité) sont idéales.

Le séchât est quant a lui le résultat du séchage des déchets. On chauffe les déchets pour retirer l’eau contenue dedans, souvent en 12 à 48h00. Cela permet de réduire le volume de 90% mais ça reste du déchet (déshydraté). Légalement le séchât doit être composté ou méthanisé ensuite et ne peut être épandu directement au sol. Parfois certains confondent les séchats avec du compost mais cela n’a pas de sens. C’est comme de comparer du jus de pomme avec du cidre. Dans un cas c’est du produit brut, dans l’autre cas il y a eu transformation de la matière.

Non, il est admis qu’il est impossible de transformer un biodéchet en compost en 24h00, ou même en 48h00, le temps minimum admis est 15 jours, et encore, à ce stade si la matière est bien transformée en compost, il faut souvent la laisser mûrir encore 6 à 8 semaines pour pouvoir la remettre au sol.

Certaines machines nommées éco ou biodigesteur, déshydrateur ou encore sécheur peuvent vous faire cette promesse mais le résultat obtenu est du déchet sec, et non du compost. CF Quelle différence entre du compost, du digestat ou du séchât ?

Tous les process qui durent moins de 48h00, même si vous rajoutez des bactéries, des champignons ou des levures sont assimilés à des processus de séchage, car la matière ne sera fondamentalement pas transformée. La nature a besoin d’un peu de temps.

Nous avons pris un grand nombre de mesures pour répondre précisément à cette question fréquemment posée, cela dépend bien entendu des configurations.

Si votre objectif est de réduire au maximum le temps passé, nous pouvons vous proposer des configurations qui assurent un temps maximal de gestion de 30min par jour.

Il se fait en 4 étapes.

  1. Un audit pour mesurer votre volume de biodéchets, vous former au tri et discuter avec vos équipes des modalités d’installation et de gestion du matériel.
  2. En parallèle de l’installation nous formons les équipes de gestion, puis nous les accompagnons de très près pendant les 8 premières semaines, le temps que vous deveniez autonome.
  3. Ensuite nous continuons à suivre la machine à distance 7j/7 et nous changeons la programmation si nécessaire. Vous pouvez nous appeler à tout moment en cas de problème. Grâce à une plateforme en ligne vous pouvez accéder à des reporting, des mesures des volumes compostés et des bienfaits.
  4. Une fois par an nous venons sur site vérifier que les procédures sont bien suivies et assurer la maintenance du matériel.

Rencontrez nous

Besoin de discuter avec nos équipes ? De voir concrètement comment fonctionne notre matériel ? De découvrir par vous-même des installations au coeur de ville ou en sein d’une entreprise ? Alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur le lien ci-dessous.

Attention ces visites sont réservées pour le moment à des projets professionnels.

Visiter un composteur
Bureaux administratifs
15 rue de Milan,
75009 Paris
+33(0)7 82 90 64 76
Siège Social
13 rue Saint-Honoré
78000 Versailles
ou
Actuellement mes déchets alimentaires génèrent
Avec Upcycle, mes déchets peuvent avoir comme impact positif
Soyez le changement