Lombricompostage, Bokashi, Production d’insectes

Tour d’horizon des alternatives au compostage ou à la méthanisation

Lombricompostage

Comme son nom l’indique ce sont les lombrics qui font le travail. Ce procédé s’utilise à petite échelle chez les particuliers via des produits comme éco worms, mais aussi à échelle industrielle, ou les déchets doivent alors être broyés et hygiénisés avant d’être apportés par fines couches successives aux lombrics.

Ce procédé permet d’obtenir un compost de grande qualité, il est cependant difficile à exploiter à grande échelle de manière rentables, car les lombrics sont des animaux exigeants qui demandent le maintien de conditions particulières pour rester bien actifs.

C’est donc un procédé parfait pour les agriculteurs qui font cela en complément de revenu sur des matières « simples » comme le fumier ou les déchets de fruits et légumes, mais qui se révèle moins opérants pour la valorisation des déchets urbains, en particuliers les SPAN 3.

Production d’insectes, notamment Mouches Noires Soldats ou Black Soldier Fly (BSF)

La mouche noire soldat, BSF pour les intimes, est un insecte qui à un moment de son stade d’évolution à un appétit terrifiant. L’occasion de lui donner à manger tout ce qui vous passe sous la main !

Voir ici une vidéo qui montre un élevage :

Valoriser les biodéchets par la production d’insecte et sans aucun doute d’une des solutions les plus prometteuses à l’avenir, en particulier pour les gros volumes de déchets relativement stables dans le temps et homogènes, permettant la mise en place de solution industrielle comme Protifly, Ynsect ou d’autres sociétés le mettent en place. Cela va exiger que nos cultures fassent plus de place à la consommation d’insectes, que ce soit pour l’alimentation animale ou l’alimentation humaine. Un mouvement de fond fort est clairement en route dans ce sens.

Bokashi

Bokashi est un terme japonais qui signifie « matière organique fermentée ». C’est une technique alternative au compostage conventionnel qui implique l’ajout régulier d’un « EM inoculant », avec EM= micro-organismes efficaces, « son Bokashi » pour les intimes est saupoudré sur les déchets alimentaires dans un récipient hermétique, un seau généralement.

La technique du bokashi est surtout a destination des particuliers et le seau peu se mettre dans une cuisine bien aérée. Cette technique est efficace mais requiert une bonne maitrise pour éviter l’apparition d’odeur, foi de salarié d’UpCycle qui a utilisé cette technique en appartement. L’odeur n’est pas toujours très forte mais peut être tenace, il faut donc idéalement pouvoir placer le seau à bokashi dans une zone tempérée et bien aérée.

Retour au sol direct des déchets

C’est l’un des modes de valorisation les plus fréquent et pourtant il vient rarement à l’esprit quand on pense valorisation des biodéchets : le retour au sol direct des biodéchets. Et pour cause les agriculteurs sont les seuls à pouvoir mettre en œuvre cette technique.

Cette technique est utilisée pour épandre les fumiers d’animaux mais aussi pour évacuer les invendus de fruits et légumes, qui seront alors broyés et directement mis au champ.

En dehors de la sphère agricole, le retour au sol des biodéchets est fortement encadré. Bien géré, c’est-à-dire avec une bonne prise en compte des besoins des sols en matière organique et la vérification de la qualité des déchets mis en œuvre (fruits et légumes exclusivement), il est une solution très intéressante car très économique et utile pour nourrir des sols vivants.

Nourriture animale

Saviez vous qu’il existe de nombreux animaux qui peuvent consommer les déchets ?  A l’image du fameux cochon de la ferme qui était chaque année engraissé avec les déchets ménagers, il est possible, pour certains déchets urbains, d’être donné à consommer à des animaux. Pour cela plusieurs conditions doivent être remplie :

Absence de sous produits animaux ou de risque de contamination (sauf pour animaux carnivores mais le flux doit être strictement isolé)

Qualité du déchet : déchet stable, nutritif pour les animaux et frais. Exclure impérativement les déchets ayant commencé à fermenter.

Volumes disponibles importants pour représenter un vrai gain pour l’éleveur

Il est ainsi fréquent de voir des supermachés donner leurs déchets de boucheries à des zoos, des industriels de l’agro-alimentaire donner leur déchets de pate à crêpe à des élevages de cochon, de la revente des déchets de pain pour les boulangerie industrielles…

Séchage des biodéchets

Ils s’appellent sécheurs, biodigesteur ou autre noms exotiques mais le principe reste le même : on met les déchets dans une cuve chauffante avec un mélangeur, la cuve chauffe et entre 8 et 48h00 plus tard tadaaam ! on obtient une poudre noire.

Ça ressemble à du compostage électromécanique et le produit ressemble à du compost mais ça n’en est pas, c’est du déchet séché, ou deshydraté, c’est-à-dire que si vous le réhumidifiez, vous retrouvez plus ou moins votre déchet.

Ce procédé a pour avantage de réduire de 90% la masse de déchet à traiter et d’être simple à installer car relativement peu volumineux par rapport à d’autres traitement… sauf que… ce n’est pas reconnu comme un mode de valorisation des déchets, justement parce que le déchet n’est pas transformé.

Coté désavantages, on peut souligner que les sécheurs consomment beaucoup d’énergie, et requièrent une valorisation rigoureuse du séchat. Le procédé consiste alors à réhumidifier la matière pour la composter ou la méthaniser, solution au global moyennement efficace d’un point de vue énergétique.

Pour aller plus loin

LIVRE BLANC | Déchets alimentaires, comment tu me traites ?

L'objectif de ce livre : vous expliquer comment valoriser vos déchets alimentaires et organiques pour ne plus les gâcher. Et vous faire découvrir ce qu'il se cache derrière les modes de traitement les plus répandus tels que l'incinération et l'enfouissement.

Télécharger

À lire en bonus

Installation d’un composteur par-dessus les toits chez Alore, Lille

Lire la suite

Webinaire REPLAY : GMS comment optimiser votre statégie zéro BIOdéchets ?

Faites baisser votre facture OMR de 50% en quelques semaines ! En compostant sur place votre casse, comme en témoigne Florian Horru, Directeur de l’Intermarché d’Oléron. En amont diminuez...

Lire la suite

FICHE PRATIQUE | Composteurs VS Sécheurs : on refait le match !

Sans polémique, de façon factuelle retrouvez dans ce tableau de quoi comparer les composteurs micro-industriels et les machines type « sécheurs » ou « déshydrateurs » en un clin d’œil et selon différents...

Lire la suite

Composter c’est bien, avec le meilleur bilan carbone possible c’est mieux !

Le bilan carbone®, c’est quoi ? Le Bilan Carbone® est un outil développé par l’ADEME depuis 2002. Il sert à évaluer l’impact de l’ensemble de l’activité d’une entreprise, d’une...

Lire la suite
Voir tous les articles

Questions fréquentes

On parle de compostage industriel, par opposition au compostage domestique.

En compostage industriel on a la certitude que toutes les matières sont hygiénisées, c’est à dire exposées à des températures de 70° minimum pendant 1 heure.

Cela permet de mettre une plus grande variété de produits à composter, comme de la viande, des agrumes, des coquilles d’œufs, mais aussi des emballages compostables (« OK Compost »).

Souvent le compostage industriel se fait via de grandes plateformes en andain. Mais nos composteurs électromécaniques sont également considérés comme du compostage industriel, on parle souvent de compostage micro industriel.

Il se fait en 4 étapes.

  1. Un audit pour mesurer votre volume de biodéchets, vous former au tri et discuter avec vos équipes des modalités d’installation et de gestion du matériel.
  2. En parallèle de l’installation nous formons les équipes de gestion, puis nous les accompagnons de très près pendant les 8 premières semaines, le temps que vous deveniez autonome.
  3. Ensuite nous continuons à suivre la machine à distance 7j/7 et nous changeons la programmation si nécessaire. Vous pouvez nous appeler à tout moment en cas de problème. Grâce à une plateforme en ligne vous pouvez accéder à des reporting, des mesures des volumes compostés et des bienfaits.
  4. Une fois par an nous venons sur site vérifier que les procédures sont bien suivies et assurer la maintenance du matériel.

Le tri de vos déchets alimentaires dépend de votre solution de compostage. Parfois on peut mettre les agrumes parfois non, souvent il est impossible de mettre la viande ou les emballages compostables.

Les solutions de tri et compostage d’UpCycle simplifient le geste de tri : vous pouvez mettre tout ce qui est fermentescible : y compris les petits os, les coquilles de fruit de mer, les emballages compostables… tout ce qui est dans votre cuisine.

Avec du compostage UpCycle vous jetez vos déchets compostables dans un sacs kraft. Ils sont compostables et résistants, et vous permettent de stocker les biodéchets en attendant de les déposer au point d’apport volontaire le plus proche. Le sac est respirant, il évite ainsi toutes les mauvaises odeurs.

Nous avons pris un grand nombre de mesures pour répondre précisément à cette question fréquemment posée, cela dépend bien entendu des configurations.

Si votre objectif est de réduire au maximum le temps passé, nous pouvons vous proposer des configurations qui assurent un temps maximal de gestion de 30min par jour.

Rencontrez nous

Besoin de discuter avec nos équipes ? De voir concrètement comment fonctionne notre matériel ? De découvrir par vous-même des installations au coeur de ville ou en sein d’une entreprise ? Alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur le lien ci-dessous.

Attention ces visites sont réservées pour le moment à des projets professionnels.

Visiter un composteur
Bureaux administratifs
15 rue de Milan,
75009 Paris
+33(0)7 82 90 64 76
Siège Social
13 rue Saint-Honoré
78000 Versailles
ou
Actuellement mes déchets alimentaires génèrent
Avec Upcycle, mes déchets peuvent avoir comme impact positif
Soyez le changement