Les étapes de la valorisation des biodéchets

Pré collecte

Comment séparer les biodéchets du reste des poubelles ?

2 solutions:  

On collecte tous les déchets en mélange et on trie à l’usine.

Cela s’appelle le tri mécano biologique: on broie grossièrement et un tamis sépare le déchet mou (organique), du déchet rigide (emballages, os,…). Cette technique, si elle a le mérite d’être très simple à l’usage, est progressivement interdite en France car la pate de biodéchet est trop mauvaise qualité pour le retour au sol sous forme de compost (trop polluées en micro déchets). 

Tri à la source –

On isole chez l’émetteur directement le biodéchets, le plus souvent selon le mode de valorisation

Exemple: composteur de jardin – juste les épluchures

Composteur électromécanique ou industriel : tous les biodéchets

Comment organiser un tri à source des biodéchets ?

Etape 1: la sensibilisation.

Elle peut prendre de nombreusement formes: animations, porte à porte, visite de composteur. L’important est de pouvoir expliquer aux habitants ou aux employés ce que va devenir le déchet, comment va s’organiser la collecte, ce qui peut être mis dans la poubelle biodéchet de ce qui ne peut pas être mis.

Chez UpCycle cette étape est numérisée pour faciliter le travail des animateurs, découvrir ICI une démo

Etape 2: remettre le matériel de collecte.

Des bioseaux ou bennes de collecte, et parfois, pour réduire les besoin de lavage de contenant et réduire les odeurs, des sacs plastiques biodégradables ou des sacs krafts.

Sac Plastique ou Kraft? Le plastique biodégradable a l’avantage d’avoir un coût accessible, il est malheureusement rarement l’ami des systèmes de broyage, de compostage ou de méthanisation. Le plastique s’enroule autour des parties mobiles et augmente le taux de panne. A l’inverse les sacs krafts, s’ils sont un peu plus onéreux, ont le mérite de faciliter le compostage des matières en apportant du carbone dans la recette.

Etape 3: mise à disposition du contenant au collecteurs. Les profesionnels utilisent des bioseaux ou des bennes. (Découvrir notre gamme ici).  Pour les particuliers le porte à porte spécifique pour les biodéchets coûte très cher. C’est pourquoi les points d’apports de biodéchets sont en plein essors. Connectés et intelligents comme ceux d’UpCycle, ils permettent aussi de remercier les habitants pour leur implication, d’envoyer des information voire de proposer de livrer aux participants du compost!

La Collecte dédiée des biodéchets

Collecter les biodéchets, un paradoxe environnemental

Trier à la source les biodéchets est la meilleure manière d’obtenir un tri de qualité, c’est-à-dire exempt de plastique et autres polluants.

Mais collecter séparément ce qui compose 30% de nos poubelles est un défi technique et écologique. Si on doit désormais faire passer 2 camions poubelles au lieu d’1 seul avant, on double les coûts. Il faut donc inventer d’autres manières de collecter les biodéchets…

Les alternatives au camion poubelle en porte à porte

  1. La solution techno: les camions bi-compartiments. D’un coté les ordures ménagère, d’un autre les biodéchets. Le camion est même équipé d’un système de lavage automatique des bacs. Le hic? De tels camions coûtent plus de 400 000€… Ecologiquement c’est plus optimal mais économiquement peut mieux faire.
  2. Les points d’apport volontaire. Fini le porte à porte, on demande aux habitants de venir déposer leurs biodéchets à quelques mètres de chez eux. Cela permet au camion de faire moins d’arrêt, donc une tournée plus rapide, un vrai gain économique
  3. Les points d’apport volontaire collectés à vélo: fini les camions, le point d’apport volontaire est collecté avec un vélo ou une remorque spécialement équipés. C’est la solution retenue par UpCycle car elle répond à de nombreux enjeux: fini le bruit et les embouteillages liés aux camions. Et surtout cela donne la possibilité de faire de cette activité un support d’insertion, car un vélo ne nécessite pas de permis de conduire. Une solution économique (un vélo équipé coûte 1/10eme du cout d’un camion), et écologique. Une condition cependant! Le point de valorisation doit se trouver à quelques km des points d’apport volontaires. Justement UpCycle est experte en installation de composteurs électro-mécaniques en cœur de ville. ( Découvrir ici)

Respecter le cycle de la matière organique grâce au retour au sol

Un besoin environnemental et une nécessité… vitale pour nos sols

Seuls les modes de traitement qui permettent un retour au sol de la matière in fine sont reconnus comme des modes de valorisation en Europe. Pourquoi? Parce que les autres modes sont très fortement émetteurs de gaz à effet de serre, mais aussi, et surtout, car nos sols ont un besoin vital de matière organique.

Qu’est qu’un sol?

Reprendre les éléments de Maximilien

Compost, Digestat, séchât, même combat?

En matière de retour au sol toutes les technologies ne se valent pas.

On analyse ces exutoires selon plusieurs critères:

L’absence de contaminant. C’est le gros point noirs de nombreux composts industriels. Composts issus de déchets mal triés à la source, ils contiennent parfois des quantités importantes de plastiques, verres ou morceau de bois très dûrs. Cela les rends difficilement compatibles avec le maraichage et explique que certains compost soient donnés aux agriculteurs faute de trouver preneur. La loi française reste assez tolérante sur ces qualités de compost, UpCycle milite pour des normes plus strictes.

Leur hygiénisation: les poubelles ne sont pas toujours propres, les aspects sanitaires des exutoires sont donc observés à la loupe. En cela les techniques de compostage, qui font monter la matière au-delà des 60°, ont une capacité d’hygénisation très supérieure à la méthanisation dont le procédé se déroule à moins de 50°

Leur stabilité, c’est-à-dire la capacité de la matière à durer dans le temps. Ceux qui pratique du jardinage dans des bacs le constates, la matière organique n’est pas stable, il faut rajouter 20 à 30% de « terre » chaque année dans vos plantations. Pourquoi? Parce que ces matières sont dégradées par les bactéries.

Plus la matière va être stable, plus son usage va être facile. En effet qui dit matière instable, dit que la première grosse pluie va la lessiver, les nutriments sont perdus pour les plantes, et se retrouvent dans les rivières ou les estuaires, ou ils provoquent une explosion des algues, marée vertes, et mortalité des poissons.  Les digestats, issus de la méthanisation, sont souvent très instables, leur épandage demande donc beaucoup de précaution pour éviter des pollutions, et ils peuvent être parfois très odorants.

De même chez UpCycle nous n’encourageons pas les non experts à utiliser le compost frais sorti du composteur, il doit être maturé 6 à 8 semaines pour être bien stabilisé. Il s’utilise alors comme un terreau, aucun risque d’en mettre trop ou de fragiliser l’écosystème.

Leur valeur fertilisante: plus une matières est instable, plus ses composés seront accessibles pour les plantes. Un digestat bien utilisé peut donc remplacer bien des fertilisants, de même pour nos composts frais, mais ces usages sont réservées aux experts qui connaissent parfaitement la capacité du sol à stocker ces fertilisant et les besoins des plantes.

Ces 3 derniers éléments réunis font du compostage le vainqueur incontestable en matière de facilité et de sécurité du retour au sol. A tel point que de nombreux systèmes de méthanisation doivent… composter leur digestat. Cela ajoute un coût et une complexité non négligable au processus.

Zoom sur les vertus du compost, le nouvel or noir.

Le compost, matière historique de l’agriculture, mais son grand retour dans l’agronomie de pointe, il apporte des choses au sol comme nul autre pareil. Les composts produits par nos clients sont toujours utilisables en agriculture biologique, et nous les aidons chaque année à passer la norme NF U 44 051.

On conseille de mettre 15 à 30kg de compost par m2 pour créer un sol, puis 3 à 5kg/an/m2 pour entretenir le sol.

Téléchargez ici des exemples d’analyses agronomiques des composts de nos clients.

Comment bien profiter du compost urbain?

Produire du compost en ville est parfois perçu comme un risque: qu’allons nous faire de toute cette matière? Imaginez que dans une ville de 10 000 habitants, si on arrive à capter et composter 40% des biodéchets on produit déjà plus de 100 tonnes de compost par an!

Le compost est une matière humble, normée NF u 44 051 donc facile à utiliser y compris en agriculture biologique. Le compost est aussi une matière volumineuse et donc chère à transporter. Elle trouvera donc vite preneur, voici les usages les plus fréquents du compost de nos clients

Usage 0u contrainte: nourrir et protéger les espaces verts

Pas besoin de le tamiser, c’est-à-dire de séparer les résidus de bois des matières fines, il suffit de l’épandre sur le sol. Il va alors protéger et nourrir les plantes. Parfait pour réduire l’entretien des espaces verts.

Usage grand public: réaliser des animations pour les habitants.

Nous fournissons à nos clients différents guides d’animations clé en main pour apprendre au grand public à prendre soin de ses jardinières et autres plantes vertes. L’occasion de créer des liens et de sensibiliser à la valeur des déchets quand ils sont bien triés

Usage business: revendre le compost

La aussi nous avons pensé à tout: le meuble vrac ou les packaging pour revendre le compost, nous avons même développé une petite machine à ensacher! Pour être revendu nous conseillons à nos client de le tamiser, le conditionnement dépendra des clients, plus vous serez en territoire rural, plus le conditionnement devra être volumineux.

Cette activité peut être aussi un support d’insertion, nous disposons d’un réseau de prestataires, entreprise ou associations d’insertion, qui peuvent gérer le tamisage, l’ensachage et l’étiquetage du compost pour vous.

Usage maxi impact: l’agriculture urbaine

Chez UpCycle, nous faisons partie des entreprise fondatrices de l’agriculture urbaine en France, nous avons en particulier co fondé l’Association Française d’Agriculture Urbaine Professionnelle www.afaup.org . L’agriculture urbaine permet en effet de maximiser les impacts: parfois nourricière, souvent support de sensibilisation et d’insertion, elle nécessite des quantités importantes de compost pour rendre nos sols urbains fertiles. Au niveau local de nombreux projets de compostage de quartier sont parrainés par des acteurs de l’agriculture urbaine qui sont ravis de pouvoir disposer en abondance de compost de qualité.

Usage nourricier: le maraichage biologique

Les maraichers sont souvent très exigeants sur la qualité du compost qu’ils utilisent. Il doit être exempt d’impureté et disposer d’une bonne valeur fertilisante, tout en étant homogène et disponible en grande quantité. Nos composts réunissent toutes ces qualités, ils sont donc de précieux alliés aux plans d’alimentation territoriales et aux démarches de résilience alimentaire.

 

Rencontrez nous

Besoin de discuter avec nos équipes ? De voir concrètement comment fonctionne notre matériel ? De découvrir par vous-même des installations au coeur de ville ou en sein d’une entreprise ? Alors n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur le lien ci-dessous.

Attention ces visites sont réservées pour le moment à des projets professionnels.

Visiter un composteur
Bureaux administratifs
15 rue de Milan,
75009 Paris
+33(0)7 82 90 64 76
Siège Social
13 rue Saint-Honoré
78000 Versailles
ou
Actuellement mes déchets alimentaires génèrent
Avec Upcycle, mes déchets peuvent avoir comme impact positif
Soyez le changement